Site d’information de l’Union Départementale des Syndicats CGT du CHER

Communiqué sur les industries d’armements

publié le mercredi 29 novembre 2000 par WEBMASTER site CGT UD du CHER

"C’est bien parce que les armes ne sont pas des marchandises comme les autres que la CGT est opposée à la transformation de l’institution militaire en organisme chargé de promouvoir le commerce des armes. C’est pourquoi nous militons pour une plus grande transparence des critères qui touchent : la fourniture d’armes, le maintien de la souveraineté nationale et à une Europe travaillant activement pour la paix"

COMMUNIQUE :

Mercredi 29 novembre 2000, les syndicats CGT de Giat Industrie, Matra BAé Dynamics, Aérospatiale Matra Missiles, l’ETBS, les fédérations CGT des travailleurs de la métallurgie et des travailleurs de l’Etat ainsi que des représentants CGT du Comité régional du Centre, des UD du cher, du Loiret et du loir et cher se sont rencontrés à Bourges.

Cette rencontre a été l’occasion de faire une large analyse de la situation industrielle des entreprises travaillant dans le secteur de l’armement (dans la région centre 25000 emplois sont concernés) et de réaffirmer la position de la CGT sur ce secteur d’activité à savoir :

 " C’est bien parce que les armes ne sont pas des marchandises comme les autres que la CGT est opposée à la transformation de l’institution militaire en organisme chargé de promouvoir le commerce des armes. C’est pourquoi nous militons pour une plus grande transparence des critères qui touchent : la fourniture d’armes, le maintien de la souveraineté nationale et à une Europe travaillant activement pour la paix "

 Pour la CGT, l’existence d’un secteur d’Etat doit constituer un atout pour aller vers la mise en place d’un secteur public d’armement assurant les missions et productions prioritaires qui sont les siennes au service d’une défense nationale indépendante et conventionnelle, suffisante et non agressive.

 Or force est de constater qu’aujourd’hui les orientations prisent par le gouvernement français et le Président de la République, vont à l’encontre du maintien de la maîtrise d’une défense nationale.

 Elles s’inscrivent dans le droit fil de la refondation sociale prônée par le MEDEF au nom de la loi du marché, de la compétitivité et de la réduction des coûts salariaux.

 Toutes les restructurations mises en œuvre visent à intégrer l’industrie d’armement française au sein d’une organisation européenne sous tutelle américaine piloté par l’OTAN.

 En effet, la récente décision de créer une société européenne de missiles autour de BAé Systems est la phase préliminaire d’une possible participation de Boeing dans cette nouvelle entité. C’est d’ailleurs ce que révèle le journal l’Expansion du 23 novembre 2000.

Une autre décision importante est la signature en 1998 d’une charte de coopération entre les USA, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne pour re-dynamiser la coopération sur les programmes d’armement.

Cette charte renforce les échanges entre l’Europe et les USA sur les ventes d’armes au profit des USA.

 

La réalité

 

USA vers Europe

Europe vers USA

1992

2,9 milliards de francs

0,9 milliards de francs

1999

7 milliards de francs

0,8 milliards de francs

 Dans ce contexte, nous pouvons penser que la privatisation, les restructurations des industries d’armement et la libéralisation des ventes d’armes, source de profits considérables, vont entraîner une relance active de la course au surarmement.

Nous devons poursuivre notre activité première de conception et de fabrication d’armement et mettre notre potentiel industriel et humain au service d’une reconquête industrielle d’activité nouvelles civiles, utiles pour les populations et les économies locales.

Cela est tout à fait possible immédiatement , à l’exemple d’Aérospatiale-Matra Missiles et Matra BAé Dynamics France, qui sont partie intégrante du groupe EADS dans lequel Airbus représente plus de 60% de l’activité. Comment peut-on concevoir que des établissements d’un même groupe soient surchargés (plus de 10 millions d’heures sont sous traitées hors EADS) alors même que l’avenir de MBDF Salbris est menacé et que des suppressions d’emplois sont programmées dans les autres établissements ?

 

Dans le domaine des armements terrestres il y a lieu de :

  • Redonner à Giat Industrie son rôle leader en matière de recherche, développement et production d’armes et munitions.
  • D’arrêter le plan stratégique de la DCE qui met en concurrence les centres d’essais (en particulier l’ETBS).
  • Créer un grand Service National de Programmes Civils permettant d’aller vers des activités duales garantes du maintien des compétences et des moyens.

La CGT entend poursuivre sa démarche d’actions et de propositions.

Elle le fait dans un esprit constructif pour un développement durable, dans le respect des identités pour une complémentarité des tâches, tant industrielles qu’humaines, pour des avancées sociales mutuellement avantageuses.

Nous le faisons en assumant toute notre part, dans le combat plus général en faveur du désarmement et de paix sans lesquels il n’y a pas de progrès humain possible.

 Bourges le 29 novembre 2000


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 884924

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTUALITES   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License